Des articles

REVUE DU FILM: "A Knight’s Tale"

REVUE DU FILM:


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

CRITIQUE DU FILM: Un conte de chevalier

Alors je cherchais quelque chose à regarder un samedi soir et je suis tombé surUn conte de chevalier. Oui, c’est vrai, je n’ai jamais vu le film malgré le fait qu’il existe depuis des années, alors filme-moi. Tout d’abord, avant que tout le monde ne saute dans le train en marche «Ce n’est pas vraiment médiéval, il y a de la musique rock dedans», laissez-moi dire, je le sais. Cet examen ne portera pas sur la précision historique et si vous le recherchez, ne vous embêtez même pas avec ce film, car il n'est pas précis à distance.

Le film commence avec trois écuyers, William Thatcher joué par feu Heath Ledger (Brokeback Mountain, le chevalier noir), le sarcastique Roland joué par Mark Addy (The Full Monty, Game of Thrones) et Wat joué par Alan Tudyk deLuciole renommée, entrant dans un match de joute parce que leur maître, Sir Ector est mort. William revêt l'armure de Sir Ector et remporte le tournoi sous les traits de son ancien maître. Par la suite, William n'est plus satisfait de son sort dans la vie et décide qu'ils peuvent vivre des joutes et améliorer leur situation au lieu de rentrer chez eux en Angleterre, paysans sans le sou. Sur la route de Rouen (voir ce que j'ai fait là-bas?;)), Ils rencontrent un Geoffrey Chaucer très nu, joué avec brio par Paul Bettany qui les aide à fournir de faux brevets de noblesse pour que William puisse jouter en tant que chevalier Ulrich Von Liechtenstein. Ce qui est cool à ce sujet, c’est qu’il y avait en fait un chevalier célèbre du nom d’Ulrich Von Liechtenstein au XIIIe siècle qui, selon sa «biographie», aurait vaincu tous ses adversaires dans des tournois de joute. William se rend à Rouen pour jouter contre le prétentieux chevalier, le comte Adhémar d'Anjou, le méchant, joué par Olivier et le nominé aux Tony Awards, Rufus Sewell. Il rivalise avec Adhemar pour gagner l'amour de la belle Lady Jocelyn jouée par Shannyn Sossamon (Coupe-poignets: une histoire d'amour, l'Ordre). À partir de là, le scénario avance de manière typique - c'est-à-dire un dialogue médiéval ringard, beaucoup de joutes, de la bonne musique, la grande révélation de l'identité de William et une fin heureuse au fromage.

Peter m'a avertiUn conte de chevalier en disant: "Vous devez y aller en suspendant votre historien intérieur - amusez-vous simplement avec cela et appréciez le" clin d'œil "au Moyen Âge". Je suis complètement d'accord. Ce n’est pas un film où le réalisateur, Brian Helgeland, essayait de gagner des prix pour sa précision historique. C'est un univers alternatif - un méli-mélo de médiéval et de moderne conçu pour plaire au grand public et à ce qu'il pense le Moyen Âge était comme, moins la musique rock.

Mark Addy et Alan Tudyk font un travail fantastique en tant que côté humoristique et fournissent beaucoup de soulagement comique, mais de loin, mon personnage préféré doit être celui de Chaucer de Bettany. Il est incroyablement drôle et livre dans chaque scène avec des répliques comme,«Le protecteur de la virginité italienne» lors de la présentation de William avant une joute. Il atténue une partie de l'humour forcé et du slapstick avec un dialogue plein d'esprit. C’est un bijou et j’ai adoré sa vision de Chaucer.

Rufus Sewell joue le méchant médiéval typique et il est plutôt oubliable de dire la vérité. Il en va de même pour Sossamon, n'importe qui aurait pu faire la même chose que lady Jocelyn et probablement mieux. Addy, Tudyk et Bettany sont des personnages bien plus mémorables. James Purefoy (Le suivant, Rome) a un petit rôle en tant qu'Edward, le Prince Noir, mais il est un voleur de scène et a profité au maximum du peu de temps qu'il a passé à l'écran.

J'adore ce film? Il y a beaucoup de médiévistes qui le font et cela a un peu un culte parce que nous savons que le film n'est pas censé être pris au sérieux. La correspondante médiéviste Danièle Cybulskie a écrit une grande pièce intitulée,Cinq choses à aimer dans un conte de chevalier, qui souligne quelques faits amusants sur le film. Donc, si vous êtes un dimanche soir ou un jour de semaine et que vous recherchez quelque chose d'amusant, léger et «médiéval», jetez un œil Un conte de chevalier.

~ Sandra Alvarez


Voir la vidéo: A Knights Tale: Losing (Mai 2022).