Des articles

Comment le temps chaud a conduit à la montée de Gengis Khan

Comment le temps chaud a conduit à la montée de Gengis Khan



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Au XIIIe siècle, un guerrier mongol nommé Gengis Khan a pris le contrôle des tribus nomades sur le Grand Stepee et a lancé une série d'invasions qui verraient un vaste empire s'établir de la Chine à l'Europe de l'Est. Aujourd'hui, une équipe de chercheurs a montré que leur succès peut être en partie attribué au changement climatique.

Le rapport, «Pluvials, Droughts, the Mongol Empire, and Modern Mongolia», est co-écrit par plusieurs chercheurs dont Amy Hessl de l'Université de Virginie occidentale, Nicola Di Cosmo de l'Institute for Advanced Study et Neil Pederson de Lamont- Observatoire de la Terre de Doherty. Il apparaît dans le dernier numéro du Actes de l'Académie nationale des sciences.

Cet article est le premier rapport académique officiel de la recherche basée sur une découverte étonnante de Hessl et Pederson en 2010. Ils sont tombés sur un peuplement d'anciens pins sibériens poussant dans un ancien champ de lave dans les montagnes Khangai de la Mongolie centrale. Prenant des coupes transversales d'arbres morts et des échantillons sur des arbres vivants, ils ont pu utiliser les anneaux d'arbres pour déterminer les conditions météorologiques remontant à 1112 ans.

Des recherches plus poussées en Mongolie ont conduit à la découverte d'arbres qui vivaient il y a plus de 1700 ans. L’histoire des flux et reflux des cernes dans la disponibilité de l’eau montre que de 1180 à 1190 il y a eu une sécheresse intense, entraînant une instabilité politique. À la fin de cette décennie, Gengis avait pris le contrôle de la tribu mongole et, dans les années suivantes, avait conquis les autres peuples nomades.

Les chercheurs ont ensuite découvert qu'à partir de 1211, la steppe mongole connaîtrait quinze ans de fortes pluies, l'une des périodes les plus humides que la région ait jamais connues. Cela a produit un boom dans la croissance des herbes sauvages, qui ont nourri les chevaux et le bétail mongols. «Le temps a peut-être littéralement fourni aux Mongols la puissance dont ils avaient besoin pour faire ce qu'ils ont fait», a expliqué Pederson.

En 1215, Gengis Khan a capturé la capitale de la dynastie Jin de Chine, et quatre ans plus tard, les Mongols sont entrés en guerre contre l’empire khwarezmien en Asie centrale, les anéantissant en quelques années. Au cours des décennies suivantes, ils ont également conquis la Russie et certaines parties de l'Europe de l'Est, pris le contrôle de la majeure partie de la Chine et même renversé le califat abbasside à Bagdad.

Le temps n'était pas toujours favorable aux Mongols - il y eut une vague de froid entre 1260 et 1266, qui coïncida avec l'éclatement de leur empire en quatre puissances régionales.

Bien que les réalités politiques aient également figuré dans la prise de pouvoir de Gengis Khan, le climat régional de l'époque semblait soutenir l'expansion de l'empire, selon les résultats. Le climat fournissait une puissance littérale alors que ses armées et leurs chevaux se nourrissaient de la terre fertile.

«La transition d'une sécheresse extrême à une humidité extrême suggère alors fortement que le climat a joué un rôle dans les événements humains», a ajouté Hessl. «Ce n’était pas la seule chose, mais cela a dû créer les conditions idéales pour qu’un chef charismatique puisse sortir du chaos, développer une armée et concentrer le pouvoir. Là où elle est aride, une humidité inhabituelle crée une productivité végétale inhabituelle, et cela se traduit par de la puissance. Gengis a littéralement été capable de surfer sur cette vague.

Bien que les ramifications pour l'histoire soient importantes, celles d'aujourd'hui le sont aussi. Les auteurs du rapport estiment que le réchauffement causé par l’homme a «exacerbé» la sécheresse dans le centre de la Mongolie, comme une sécheresse qui a coïncidé avec la montée au pouvoir de Gengis Khan.

«Si le réchauffement futur submerge les précipitations accrues, les« sécheresses dues à la chaleur »épisodiques et leurs conséquences sociales, économiques et politiques deviendront probablement plus courantes en Mongolie et en Asie intérieure», selon le rapport.

Sources: Université de Virginie occidentale, Université de Columbia


Voir la vidéo: El Imperio mongol de Gengis Khan: ascenso y caída (Août 2022).