Des articles

Le sermon d'Urbain II à Clermont et la tradition de l'oratoire papal

Le sermon d'Urbain II à Clermont et la tradition de l'oratoire papal


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le sermon d'Urbain II à Clermont et la tradition de l'oratoire papal

Par Georg Strack

Études de sermons médiévaux, Vol. 56 (2012)

Résumé: Les savants se sont longuement penchés sur le sermon tenu par Urbain II au Conseil de Clermont pour lancer la première croisade. Il y a en effet beaucoup de place à la spéculation, puisque le texte original a été perdu et que nous devons nous en remettre aux rapports dans les chroniques. Mais la discussion savante est principalement basée sur le même genre de sources: les chroniques et leurs références aux lettres et aux chartes. Jusqu'à présent, peu d'attention a été accordée au genre des sermons synodaux papaux au Moyen Âge. Dans cet article, je me concentre sur la tradition de l'oratoire papal, en utilisant ce contexte pour regarder l'appel à la croisade dans une nouvelle perspective. Tout d'abord, j'analyse les versions du sermon de Clermont dans les chroniques des croisades et je les compare avec le seul discours tenu par Urbain II connu d'une source non narrative. Deuxièmement, je discute des sermons de Grégoire VII tels qu'ils sont enregistrés dans les protocoles synodaux et dans l'historiographie. Les résultats soutiennent l'idée que seule la version rapportée par Fulcher de Chartres correspond à une sorte d'oratoire commun aux discours papaux du XIe siècle.

Introduction: Le discours prononcé par le pape Urbain II à Clermont en 1095 pour lancer la première croisade est probablement l'un des sermons les plus discutés du Moyen Âge. C'était un motif populaire dans les chroniques médiévales et c'est toujours une source importante pour l'histoire des croisades. Puisque nous ne disposons que des rapports des chroniqueurs et non du manuscrit du pape lui-même, chaque analyse de cette allocution se heurte à un problème fondamental: même les trois écrivains qui ont assisté au concile de Clermont ont enregistré trois versions différentes, assez distinctives tant par leur contenu que par leur style. Les chercheurs ont traité ce problème de manière approfondie, mais ils ne discutent normalement que des rapports dans les chroniques de trois témoins oculaires.

Ce document, cependant, réexaminera le sermon d'Urban et prendra en considération la tradition de la prédication papale lors d'un concile du XIe siècle. Dans la première partie, j'analyserai les trois récits bien connus des témoins oculaires du sermon de Clermont (Fulcher de Chartres, Robert le moine et Baudri de Dol). Ce faisant, je montrerai qu'ils ne sont pas tous des `` sermons '', c'est-à-dire `` un discours oral, prononcé de la voix d'un prédicateur qui s'adresse à un public, pour les instruire et les exhorter sur un sujet concerné sur un texte sacré ». Dans la deuxième section, la tradition de l'oratoire papal tel que décrit dans d'autres sources du pontificat d'Urbain II et de son prédécesseur Grégoire VII sera discutée. Dans le contexte de cette tradition, il sera beaucoup plus clair quel genre d'oratoire Urban a pu utiliser en 1095.


Voir la vidéo: Pape François: Quel Dieu est disposé à mourir pour les hommes? (Mai 2022).