Des articles

Peace Unwoven: Transgressive Women in Old Icelandic Heroic and Mythological Literature, et dans la Gesta Danorum de Saxo Grammaticus

Peace Unwoven: Transgressive Women in Old Icelandic Heroic and Mythological Literature, et dans la Gesta Danorum de Saxo Grammaticus



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Peace Unwoven: Transgressive Women in Old Icelandic Heroic and Mythological Literature, and in Saxo Grammaticus » Gesta Danorum

Par Naomi Bennett

Mémoire de maîtrise, Victoria University of Wellington, 2009

Introduction: «À cette fin, j’ai tout fait pour que le roi Siggeir aille à sa mort. Je mourrai maintenant volontairement avec le roi Siggeir, tandis que je l’ai épousé sans le vouloir. »

Les derniers mots de Signy Volsungsdottir désespèrent dans leur triomphe. Mariée sans choix à l'homme qui serait le fléau de son père et de ses frères, Signy doit faire un classement clair de ses loyautés, et elle-même est au bas de cette liste. Par obéissance à son père Volsung, elle se laisse donner comme «tisserande de la paix», et même quand elle le sait ófriðr, ou «non-paix», est inévitable, elle est obligée de rester avec son mari. Lorsque sa famille est détruite, sa première priorité est de les venger, et elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour y parvenir. Elle ne peut sauver qu’un de ses frères, mais en commettant l’inceste avec Sigmund, elle garantit que la lignée Volsung peut continuer, non contaminée par le sang inférieur de Siggeir.

Pourtant, malgré la décision de Signy de placer ses propres proches au sommet de ses priorités, elle reconnaît une loyauté obligatoire envers son mari. Elle ne le tue pas elle-même au lit. Elle lui fournit des héritiers et, bien qu'elle amène la fin de sa vie, elle le fait aussi aux dépens des siens. Elle achève sa vengeance en s'assurant que son mari sait qu'il n'a aucun parent qui le vengera à son tour. Elle n'a pas d'option souhaitable dans les choix qui s'offrent à elle, et en priorisant sa loyauté afin d'agir avec honneur envers ses parents de sang, elle doit transgresser dans d'autres domaines et se faire honte. Signy est très consciente qu'elle n'a pas agi de manière honorable envers son mari. Elle-même est grandement déshonorée par les actes, qui incluent l'inceste et le meurtre, qu'elle a commis pour provoquer sa chute. Pour se racheter le plus possible, en mourant avec son mari (expiant ainsi sa déloyauté envers lui, et mettant fin à la vie qu'elle croit avoir souillée irrémédiablement), elle transgresse une fois de plus, en commettant l'acte de suicide.

Signy est à la fois un personnage très complexe et très intriguant, et elle est mon «crochet» dans ce sujet de thèse. En recherchant un essai sur les honneurs, j'ai été étonné de voir à quel point peu avait été écrit sur elle. Je m'attendais à ce qu'elle soit un sujet de discussion majeur, notamment parce que l'épisode de sa vengeance et de sa mort apparaît (sous une forme censurée) dans E.V. Gordon’s An Introduction to Old Norse: cependant, ce n’est pas le cas. Non seulement le matériel critique à son sujet est très limité, mais contrairement à de nombreux autres personnages de Volsungs, cela semble être son apparence unique dans la littérature médiévale survivante. En raison de ces limites, j’ai quelque peu élargi mes recherches, de sorte que si le noyau provient des motivations et des actions transgressives de Signy, j’ai élargi mon champ d’intérêt pour inclure d’autres femmes transgressives dans le fornaldarsögur, Saxo Grammaticus » Gesta Danorum Livres I-IX, Snorri Sturluson's Heimskringla et Edda, et le Edda poétique. Ces textes contiennent beaucoup de matériel apparenté.


Voir la vidéo: The Vǫluspá, read in Old Norse with full text (Août 2022).