Des articles

La forteresse de Rhodes 1309-1522, Konstantin Nossov

La forteresse de Rhodes 1309-1522, Konstantin Nossov



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La forteresse de Rhodes 1309-1522, Konstantin Nossov

La forteresse de Rhodes 1309-1522, Konstantin Nossov

Forteresse 96

La forteresse de Rhodes était l'une des forteresses les plus impressionnantes de son temps et est très importante dans l'histoire des fortifications occidentales. Il n'a guère été modifié après sa chute aux mains des Turcs en 1522, et nous pouvons donc voir quels efforts ont été déployés pour contrer la menace croissante des armes à poudre dans les années qui ont précédé l'apparition de la forteresse à poudre entièrement développée.

Le succès de ce livre doit beaucoup à la survie de grandes parties de la forteresse de Rhodes dans presque le même état qu'elle tomba aux mains des Turcs en 1522. Cela a permis à l'auteur d'inclure un grand nombre de photographies montrant l'exacte caractéristiques dont il parle et donne vraiment vie à l'endroit.

Nossov explique également très bien comment les défenses de Rhodes ont évolué, notamment au cours des quarante années entre les deux grands sièges turcs. C'était la période qui a vu les murs médiévaux remplacés par des murs plus bas plus larges conçus à la fois pour résister et pour transporter des canons.

Nossov termine par un aperçu des sièges de 1480 et 1522, nous donnant une bonne idée de la façon dont les fortifications ont résisté aux attaques, tombant finalement plus à cause de la petite taille de la garnison qu'à cause des défauts des fortifications elles-mêmes.

Chapitres
introduction
Chronologie
Design et développement
Les principes de la défense
Visite de la forteresse
Les sites vivants
La forteresse en guerre
Conséquences
Glossaire

Auteur : Konstantin Nossov
Édition : Broché
Pages : 64
Éditeur : Osprey
Année : 2010



La forteresse de Rhodes 1309-1522

Le lecteur de livres électroniques n ° 1 au monde pour les étudiants. VitalSource est le principal fournisseur de manuels et de supports de cours en ligne. Plus de 15 millions d'utilisateurs ont utilisé notre plate-forme Bookshelf au cours de la dernière année pour améliorer leur expérience d'apprentissage et leurs résultats. Avec un accès à tout moment et en tout lieu et des outils intégrés tels que des surligneurs, des cartes mémoire et des groupes d'étude, il est facile de comprendre pourquoi tant d'étudiants passent au numérique avec Bookshelf.

titres disponibles chez plus de 1000 éditeurs

avis clients avec une note moyenne de 9,5

pages numériques consultées au cours des 12 derniers mois

institutions utilisant Bookshelf dans 241 pays

La forteresse de Rhodes 1309-1522 1ère édition par Konstantin Nossov et éditeur Osprey Publishing. Économisez jusqu'à 80 % en choisissant l'option eTextbook pour ISBN : 9781782000037, 1782000038. La version imprimée de ce manuel est ISBN : 9781846039300, 1846039304.

La forteresse de Rhodes 1309-1522 1ère édition par Konstantin Nossov et éditeur Osprey Publishing. Économisez jusqu'à 80 % en choisissant l'option eTextbook pour ISBN : 9781782000037, 1782000038. La version imprimée de ce manuel est ISBN : 9781846039300, 1846039304.


La forteresse de Rhodes 1309&# x20131522

-->
Lit à voix haute

Ce titre sortira le .

Cet eBook n'est plus disponible à la vente.

Cet eBook n'est pas disponible dans votre pays.

  • ISBN :
  • Édition:
  • Titre:
  • Séries:
  • Auteur:
  • Imprimer:
  • Langue : --> -->

Dans la presse

A propos de l'auteur

Avis des clients

Lire en ligne

Si vous utilisez un PC ou un Mac, vous pouvez lire cet ebook en ligne dans un navigateur Web, sans rien télécharger ni installer de logiciel.

Télécharger les formats de fichiers

Cet ebook est disponible dans les types de fichiers :

Cet ebook est disponible en :

Après avoir acheté cet ebook, vous pouvez choisir de télécharger la version PDF ou l'ePub, ou les deux.

Sans DRM

L'éditeur a fourni ce livre sous forme DRM Free avec filigrane numérique.

Logiciel requis

Vous pouvez lire cet eBook sur n'importe quel appareil prenant en charge le format EPUB sans DRM ou PDF sans DRM.

Gestion des droits numériques (DRM)

L'éditeur a fourni ce livre sous forme cryptée, ce qui signifie que vous devez installer un logiciel gratuit pour le déverrouiller et le lire.

Logiciel requis

Pour lire cet ebook sur un appareil mobile (téléphone ou tablette), vous devrez installer l'une de ces applications gratuites :

Pour télécharger et lire cet eBook sur un PC ou Mac:

    (Il s'agit d'une application gratuite spécialement développée pour les livres électroniques. Ce n'est pas la même chose qu'Adobe Reader, que vous avez probablement déjà sur votre ordinateur.)

Limites d'impression et de copie

L'éditeur a fixé des limites sur la quantité de cet ebook que vous pouvez imprimer ou copier. Voir les détails.


La forteresse de Rhodes 1309-1522

L'île de Rhodes dans la mer Égée est habitée depuis la période néolithique. Les fouilles montrent que des colonies grecques existaient sur l'île dès la première moitié du IIe millénaire av. Les Minoens sont apparus ici au 16ème siècle avant JC et les Achéens au 15ème siècle avant JC. Le XIe siècle avant JC voit l'arrivée des Doriens, qui sont à l'origine de la construction de trois grandes villes qui prospérèrent au cours des siècles qui suivirent : Ialysos, Lindos et Kamiros. Lindos était une importante base navale et commerciale de la région aux VIIIe et VIe siècles av. À la fin du 5ème siècle avant JC, les habitants d'Ialysos, Lindos et Kamiros ont décidé de combiner leurs efforts et de construire une nouvelle ville, qui a été fondée à l'extrémité nord de l'île en 408 avant JC et appelée Rhodes. Selon l'architecte athénien Hippodamus, la ville avait un plan régulier, un bon approvisionnement en eau et un bon réseau d'égouts. Des ports confortables et une position avantageuse sur les routes commerciales d'Est en Ouest étaient propices à la prospérité de la ville. À la fin du IVe siècle av. Les murs de Rhodes étaient un excellent exemple de fortification de l'époque hellénistique, et Philon de Byzance les admira au milieu du IIIe siècle av. En 227/26 avant JC, les murs ont considérablement souffert d'un tremblement de terre, mais ont été restaurés grâce au soutien financier et technique de nombreuses cités-États grecques. Rhodes a ensuite appartenu aux Romains, puis aux Byzantins, qui ont construit une forteresse ici. Au Moyen Âge, Rhodes a perdu la puissance et la magnificence dont elle se vantait dans l'antiquité. Ce n'est que l'Ordre de Saint-Jean qui a insufflé une nouvelle vie à la ville et l'a fait briller à nouveau.

Vestiges d'une tour ayant appartenu à l'enceinte hellénistique de Rhodes. Seules quelques fondations subsistent des formidables murs antiques qui entouraient autrefois la ville, ravissant ses visiteurs. Malheureusement, même la ligne de ces murs ne peut être suivie partout.

Porte d'une barbacane à la porte St Paul. De hautes fentes verticales indiquent qu'un pont-levis était fixé ici.

Lorsqu'ils s'installèrent sur l'île de Rhodes, les Hospitaliers possédaient déjà une grande expérience dans la construction de fortifications. L'entretien des châteaux au sein des États croisés était devenu un grand problème pour les dirigeants chrétiens, qui manquaient souvent de main-d'œuvre. Ils n'étaient donc que trop heureux de confier la responsabilité des châteaux les plus vulnérables à des ordres militaires capables de les protéger. En échange de l'obligation d'entretenir des fortifications et de garder la garnison, les Hospitaliers se voient fréquemment offrir des châteaux entiers ou des parties de château (par exemple, une tour et une barbacane dans le Kerak à Moab). La richesse de l'Ordre grandit et, en 1160, il était déjà assez riche pour acheter des châteaux. Au moment du conflit avec Saladin, l'Ordre avait 27 châteaux, et au total plus de 30 châteaux passèrent entre les mains des Hospitaliers à des moments différents. Pas étonnant que, étant propriétaires d'un si grand nombre de châteaux, ils soient devenus experts en fortification. Louis IX est connu pour avoir demandé l'avis des Hospitaliers sur la fortification de Césarée en 1251.

Mur principal du poste anglais (à l'origine d'Aragon). La tour rectangulaire sur un socle massif était d'abord une structure détachée reliée au mur principal par un petit pont, et avait un parapet crénelé. Il a ensuite été joint au mur (qui a un type de maçonnerie différent), et le parapet crénelé a été remplacé par un parapet incliné adapté à l'artillerie.

Échelle en forme de trou de serrure dite inversé, à la barbacane de la porte St Paul. Ces meurtrières étaient principalement conçues pour le tir avec des armes à feu, tandis qu'une ouverture circulaire en bas est la preuve qu'un petit canon pouvait également être utilisé pour tirer à travers.

L'Ordre de Saint-Jean était une organisation internationale qui possédait des possessions territoriales (prieurés) dans de nombreux pays d'Europe occidentale. Par conséquent, ses membres ont été divisés en communautés nationales appelées langues. Les langues ont été mentionnées pour la première fois en 1206. À son arrivée à Rhodes, l'Ordre comptait sept langues : l'Aragon (qui comprenait tous les chevaliers venant de la péninsule ibérique), l'Auvergne, l'Angleterre (y compris l'Écosse et l'Irlande), la France, l'Allemagne, Italie et Provence. En 1461, la faction de Castille-Portugal se détacha de la langue d'Aragon, portant le total à huit. A l'époque d'Henri VIII, la langue de l'Angleterre a été éliminée et la langue bavaroise est apparue à la place. Seul un citoyen de l'une de ces nations pouvait demander à devenir membre de l'Ordre. Dans la ville de Rhodes, chaque langue possédait une auberge, qui était le lieu de réunion de tous les frères d'une même communauté. La garnison rhodienne comprenait des représentants de toutes les langues, et chaque langue avait une section de la ville à défendre. La division des défenses de la ville de cette manière a stimulé la rivalité entre les membres de différentes nations, chaque langue essayant de surpasser les autres en bravoure et en ténacité. Les frères-chevaliers et les frères-sergents d'armes constituaient l'élite des troupes de l'Ordre, tandis que la majorité de son armée, ainsi que la garnison des forteresses, étaient constituées de mercenaires.

Comme d'autres terres appartenant à l'Ordre, l'île de Rhodes était divisée en plusieurs districts (châtelains). Chaque quartier avait un château sous le commandement d'un capitaine hospitalier (châtelain), qui était généralement un chevalier aguerri. Il commandait plusieurs frères d'armes, mercenaires et milices locales. Rhodes comptait plus de 20 châteaux, sans compter les tours de guet. En cas de danger ces châteaux pouvaient abriter la population locale. Cependant, à l'exception de la ville-forteresse de Rhodes et de quelques autres forteresses (Lindos, Pheraclos, Horio à Kalymnos et Platanos à Leros) la plupart des châteaux étaient assez mal fortifiés. Ils pouvaient offrir une protection contre les pillages des pirates sur les côtes de la mer Égée, mais étaient incapables de résister à un siège complet. Par conséquent, menacés d'une grave invasion, les habitants de Rhodes et des autres îles appartenant à l'Ordre ont été évacués vers la ville.

Selon les statuts de 1311 et 1314, la garnison permanente de la forteresse devait comprendre 500 cavaliers et 1 000 fantassins. Cependant, il n'y avait pas assez de personnes pour atteindre ce total, donc en 1313, l'Ordre a publié un décret selon lequel tous les occidentaux qui se sont installés à Rhodes et ont servi comme soldats ou marins devaient recevoir des terres et des pensions. En 1340, la garnison de Rhodes se composait de 200 chevaliers hospitaliers, 50 frères-sergents à cheval, 50 hommes d'armes séculiers à cheval et 1 000 fantassins. Pour résister aux grands sièges, la garnison rhodienne fut augmentée aux dépens des garnisons des autres forteresses hospitalières et des marins de leurs navires et galères, ainsi que des mercenaires et volontaires d'Europe. En cas d'attaque, la population grecque locale était également engagée dans la défense de la ville et était dotée d'armes provenant des armureries de l'Ordre.


La culture populaire

La tour Saint-Jean à l'extrémité Est du secteur anglais. La tour a été construite sous le Grand Maître Antonio Fluvian (1421-1437), et elle avait une porte. Plus tard, une barbacane fut construite autour d'elle sous le Grand Maître Piero Raimundo Zacosta (1461-1467). Enfin le grand rempart pentagonal a été construit devant lui c. 1487, et la porte a été supprimée.

Grand culverin de François Ier de France avec emblème de la salamandre et inscription en langue arabe, siège de Rhodes (1522). Musée de l'Armée.

La Tour d'Italie avait un rempart rond construit autour par le Grand Maître Fabrizio del Carretto en 1515-1517, et muni de sabords au niveau le plus bas couvrant le fossé dans toutes les directions, pour un total de trois niveaux empilés de tirs de canon (deux du rempart, un de la tour).

Bombard-Mortar des Chevaliers de Saint John, Rhodes, 1480-1500. Créée à la demande de Pierre d'Aubusson, la bombarde servait à la défense rapprochée des remparts (100-200 mètres). Il a tiré des boules de granit de 260 & 160 kg. La bombarde pèse 3 325 & 160 kg. Musée de l'Armée.

Culverin aux armes de Philippe Villiers de L'Isle-Adam, Rhodes. Calibre : 140 mm (5,5 & 160 po), longueur : 339 centimètres (133 & 160 po), poids : 2 533 kilogrammes (5 584 £ 160), munition : 10 kilogrammes (22 £ 160 lb) de bille de fer. Remis par Abdülaziz à Napoléon III en 1862.


Tour et porte Saint-Paul (Poste de France), forteresse de Rhodes.

La construction du complexe de fortifications près du Palais du Grand Maître a commencé sous Jean de Lastic (1437 - 1454), qui a également construit les portes du Canon et Saint-Antoine, ainsi que la batterie des Oliviers. Pierre d'Aubusson (1476 - 1503) la fit fortifier d'une épaisse couche de terre travail à domicile, qui a été percé d'un portail (porte d'Amboise) sous Emery d'Amboise 1n 1512. En 1514 le Grand Maître Fabrizo del Carretto avait un caponnière construit dans le fossé à l'extrême nord-ouest de la forteresse, au-delà de la porte d'Amboise. La porte Saint-Paul comme protégée de l'extérieur par un barbacane. Bien que les murs de la barbacane aient été ajustés pour accueillir l'artillerie, ils étaient assez minces et couronnés d'un merloné parapet.

outwork -- Toute structure défensive devant la principale enciente

caponnière -- Un passage défensif couvert creusé dans un fossé sec dépassant de la enciente en direction de l'ennemi. Il est parfois connecté au principal enciente avec travaux extérieurs. Il a été principalement conçu pour la pose de tirs d'accompagnement le long du fossé

barbacane --Un ouvrage conçu pour la défense de l'agate ou d'un pont menant à une porte

merlon --Les sections droites d'un parapéentre embrasures, derrière lequel les défenseurs peuvent s'abriter

parapet - Une banque, de la terre, ou un mur sur lequel un soldat peut tirer également connu sous le nom de parapet

ciente -- L'esquisse de la ligne principale de défense, à l'exclusion des ouvrages secondaires mineurs

embrasures -- Une ouverture dans un parapet permettant à l'artillerie de tirer à travers.

-Konstantin Nossov, "La forteresse de Rhodes 1309-1522," (Osprey, 2010)
-Ian Hogg, "L'histoire de la fortification," (St. Martin's Press, 1981).


Châteaux indiens 1206-1526

Auteur: Constantin S. Nossov Format: Broché Date de sortie: 06/09/2006

Cette époque est considérée à juste titre comme l'âge déterminant de la conception des châteaux et des fortifications indiennes. L'instabilité et la division féodale du pays pendant la plus grande partie de la période ont conduit à la fortification intense de nombreuses provinces, chaque petit seigneur cherchant à renforcer sa position en construisant des châteaux. C'est également la période au cours de laquelle les châteaux indiens commencent à montrer leurs caractéristiques distinctives, dont les éléments seraient modifiés dans les années suivantes à mesure que la technologie de la guerre de siège changeait. L'influence combinée de la tradition architecturale islamique et hindoue confère à ces fortifications un style unique. Ce titre couvrira tous les sites majeurs de la période - y compris les sept villes médiévales légendaires sur le site de l'actuelle Delhi, ainsi que les principaux sièges qui ont eu lieu.


Contenu

Les chevaliers de Saint-Jean, ou chevaliers hospitaliers, avaient capturé Rhodes au début du 14ème siècle après la perte d'Acre, le dernier bastion des croisés en Palestine en 1291. De Rhodes, ils sont devenus une partie active du commerce dans la mer Égée, et parfois harcelé la navigation turque dans le Levant pour assurer le contrôle de la Méditerranée orientale. Un premier effort des Ottomans pour capturer l'île, en 1480, a été repoussé par l'Ordre, mais la présence continue des chevaliers juste au large de la côte sud de l'Anatolie était un obstacle majeur à l'expansion ottomane.

Depuis le siège précédent, la forteresse avait reçu de nombreuses améliorations de la nouvelle école de trace italienne, ce qui le rendit beaucoup plus redoutable dans la résistance à l'artillerie. Dans les secteurs terrestres les plus exposés, il s'agit notamment d'un épaississement du mur principal, du doublement de la largeur du fossé sec, couplés à une transformation de l'ancienne contrescarpe en ouvrages massifs (tenailles), la construction de remparts autour de la plupart des tours, et des caponnières enfilant le fossé. Les portes ont été réduites en nombre et les anciens parapets des remparts ont été remplacés par des parapets inclinés adaptés aux combats d'artillerie. [4] Une équipe de maçons, d'ouvriers et d'esclaves a effectué les travaux de construction, les esclaves musulmans ont été chargés du travail le plus dur. [4]

En 1521, Philippe Villiers de L'Isle-Adam est élu Grand Maître de l'Ordre. S'attendant à une nouvelle attaque ottomane sur Rhodes, il continua à renforcer les fortifications de la ville, travaux qui avaient commencé après l'invasion ottomane de 1480 et le tremblement de terre de 1481, et fit appel aux chevaliers de l'Ordre ailleurs en Europe pour venir à la défense de l'île. Le reste de l'Europe a ignoré sa demande d'assistance, mais Sir John Rawson, prieur de la Maison irlandaise de l'Ordre, est venu seul. La ville était protégée par deux et, à certains endroits, trois, des anneaux de murs de pierre et plusieurs grands bastions. La défense des remparts et des bastions a été confiée par sections aux différents Langues dans laquelle les chevaliers étaient organisés depuis 1301. L'entrée du port était bloquée par une lourde chaîne de fer, derrière laquelle était ancrée la flotte de l'Ordre.

Lorsque la force d'invasion turque de 400 navires est arrivée à Rhodes le 26 juin 1522, ils étaient commandés par Çoban Mustafa Pacha. [2] Sultan Suleiman lui-même est arrivé avec l'armée de 100 000 hommes le 28 juillet pour prendre personnellement en charge. [2]

Les Turcs bloquèrent le port et bombardèrent la ville avec de l'artillerie de campagne du côté terrestre, suivis d'attaques d'infanterie presque quotidiennes. Ils ont également cherché à saper les fortifications par des tunnels et des mines. Le feu d'artillerie a été lent à infliger de sérieux dommages aux murs massifs, mais après cinq semaines, le 4 septembre, deux grandes mines de poudre à canon ont explosé sous le bastion de l'Angleterre, provoquant la chute d'une portion de 12 mètres (11 m) du mur et pour combler les douves. Les assaillants attaquent immédiatement cette brèche et en prennent bientôt le contrôle, mais une contre-attaque des frères anglais de Fra' Nicholas Hussey et du Grand Maître Villiers de L'Isle-Adam réussit à les repousser. Deux fois plus les Turcs attaquèrent la brèche ce jour-là, mais à chaque fois les frères anglais, aidés par des frères allemands, tinrent la brèche.

Le 24 septembre, Mustafa Pacha ordonna un nouvel assaut massif, visant principalement les bastions d'Espagne, d'Angleterre, de Provence et d'Italie. Après une journée de combats acharnés, au cours de laquelle le bastion d'Espagne a changé de mains à deux reprises, Suleiman a finalement annulé l'attaque. Il a condamné à mort Mustafa Pacha, son beau-frère, pour son incapacité à prendre la ville, mais a finalement épargné sa vie après que d'autres hauts fonctionnaires lui aient demandé grâce. Le remplaçant de Mustafa, Ahmed Pacha, était un ingénieur de siège expérimenté, et les Turcs concentraient désormais leurs efforts sur la destruction des remparts et leur explosion de mines tout en maintenant leurs barrages d'artillerie continus. La régularité des emplacements où les mines ont explosé sous les murs (qui reposent généralement sur la roche) a conduit à suggérer que les mineurs turcs auraient pu profiter des ponceaux sous la ville hellénistique qui se trouve sous la ville médiévale de Rhodes. [5]

Fin novembre, un autre assaut majeur fut repoussé, mais les deux camps étaient désormais épuisés : les Chevaliers parce qu'ils atteignaient la fin de leur capacité de résistance et qu'aucune force de secours ne pouvait arriver à temps, les Turcs parce que leurs troupes étaient de plus en plus nombreuses. démoralisés et épuisés par les décès au combat et la propagation des maladies dans leurs camps. Suleiman a offert aux citoyens la paix, leur vie et de la nourriture s'ils se rendaient, l'alternative serait la mort ou l'esclavage si les Turcs étaient contraints de prendre la ville par la force. Pressé par les habitants, Villiers de L'Isle-Adam accepte de négocier. Une trêve a été déclarée du 11 au 13 décembre pour permettre les négociations, mais lorsque les habitants ont demandé des garanties supplémentaires pour leur sécurité, Suleiman était en colère et a ordonné la reprise des bombardements et des assauts. Le bastion d'Espagne tombe le 17 décembre. La plupart des murs étant désormais détruits, ce n'était qu'une question de temps avant que la ville ne doive se rendre, et le 20 décembre, après plusieurs jours de pression des habitants de la ville, le Grand Maître demanda une nouvelle trêve.

Le 22 décembre, les représentants des habitants latins et grecs de la ville acceptèrent les conditions généreuses de Soliman. Les chevaliers avaient douze jours pour quitter l'île et seraient autorisés à emporter avec eux leurs armes et tous objets de valeur ou icônes religieuses qu'ils désiraient. Les insulaires qui souhaitaient partir pouvaient le faire à tout moment dans un délai de trois ans. Aucune église ne serait profanée ou transformée en mosquée. Ceux qui resteraient sur l'île seraient exempts d'impôts ottomans pendant cinq ans.

Le 1er janvier 1523, les chevaliers et les soldats restants ont marché hors de la ville, avec des bannières flottantes, des tambours battants et en armure de combat. Ils embarquent sur les 50 navires mis à leur disposition et font voile vers la Crète (possession vénitienne), accompagnés de plusieurs milliers de civils.

Le siège de Rhodes s'est terminé par une victoire ottomane. La conquête de Rhodes a été une étape majeure vers le contrôle ottoman sur la Méditerranée orientale et a grandement facilité leurs communications maritimes entre Constantinople et Le Caire et les ports levantins. Plus tard, en 1669, à partir de cette base, les Turcs ottomans s'emparèrent de la Crète vénitienne. [6]

Les Chevaliers Hospitaliers se sont d'abord installés en Sicile, mais, en 1530, ils ont obtenu les îles de Malte, Gozo et la ville portuaire nord-africaine de Tripoli, à la suite d'un accord entre le pape Clément VII, lui-même chevalier, et l'empereur Charles V. [7]

La tour Saint-Jean à l'extrémité Est du secteur anglais. La tour a été construite sous le Grand Maître Antonio Fluvian (1421-1437), et elle avait une porte. Plus tard, une barbacane a été construite autour d'elle sous le Grand Maître Piero Raimundo Zacosta (1461-1467). Enfin le grand rempart pentagonal a été construit devant lui c. 1487, et la porte a été supprimée.

Grand couleuvrine de François Ier de France avec emblème de la salamandre et inscription en turc ottoman Vitar : 45, Chap : 14, Qarish : 13. Siège de Rhodes (1522), Musée de l'Armée.

La Tour d'Italie avait un rempart rond construit autour par le Grand Maître Fabrizio del Carretto en 1515-1517, et muni de sabords au niveau le plus bas couvrant le fossé dans toutes les directions, pour un total de trois niveaux empilés de tirs de canon (deux du rempart, un de la tour).

Bombard-Mortar des Chevaliers de Saint John, Rhodes, 1480-1500. Créée à la demande de Pierre d'Aubusson, la bombarde servait à la défense rapprochée des remparts (100-200 mètres). Il a tiré des boules de granit de 260 kg. La bombarde pèse 3 325 kg. Musée de l'Armée.

Culverin aux armes de Philippe Villiers de L'Isle-Adam, Rhodes. Calibre : 140 millimètres (5,5 pouces), longueur : 339 centimètres (133 pouces), poids : 2 533 kilogrammes (5 584 lb), munitions : 10 kilogrammes (22 lb) boule de fer. Remis par Abdülaziz à Napoléon III en 1862.


La forteresse de Rhodes 1309-1522, Konstantin Nossov - Histoire

торизуясь LiveJournal с помощью стороннего сервиса вы принимаете условия Пользовательского соглашения LiveJournal

История Госпитальеров на Родосе начинается с 1306 года, когда Великий Магистр Фульк де Виллар вступает в переговоры с генуэзским пиратом Виньоло де Виньоли, о захвате и разделе Родоса и ближайших островов, которые формально принадлежали Византии. этом е оду Магистр есте с отрядом рыцарей и пехоты окидает ипр и выдвигается на Родос. авоевание острова не далось рыцарям егко и полностью авершилось только к 1309 году взятием главного города.
разу после захвата города и на всем ротяжении господства рыцарей самое ристальное нимание удснось на восстанавливалась осле осад, совершенствовалась успешной борьбы с новым вооружением и развоалас. Крепостные укрепления в сохранившемся виде относятся именно к тому периоду, когда использование артиллерии совершило переворот в военном искусстве и особенно в обороне. При этом старые крепостные укрепления не были снесены для нового строительства в соответствии с новыми принципами фортификационной науки, а претерпели реконструкцию и модернизацию.

труктура крепостных реплений Родоса основывалась на внутренней организации ордена. оанниты были организацией ногонациональной, ней состояли аристократы из всех стран католичесопыой из всех стран католичесопыой. нутри этой многонациональной структуры выделялись различные национальные группы - называемые lingua ("язык", венональные группы - называемые lingua ("язык", маненовр). разных источниках тот термин называется по разному. буду ридерживаться термина - ланг. аждый ланг располагал на Родосе своей резиденцией, а так же отвечал а сной участок крепостных репл.

Описание фортификации я начну с Пушечных ворот, через которые можно пройти от Дворца Великого Магистра к крепостным укреплениям (с этих ворот начинается пеший маршрут по стенам крепости). К воротам примыкают две круглые башни с навесными бойницами (машикули - использовались для вертикального обстрела нападающих, штурмующих крепость) и увеченные зубцами в виде ласточкиного хвоста.



т них идет поперечная стена, которая соединяет Дворец с наружной репостной стеной. нижней части поперечной стены проделаны Ворота Святого Антония, которые ведут из города наружу.

северу от Пушечных ворот располагается протяженный бастион.

озднее толстая репостная стена закрыла внутри всю более раннюю оборонительную систему. окончательно сформировал тот участок фортификации агитр д'Амбуаз, который построил ивительные нан, оторый построил ивительные нан оротам примыкают е риземистые руглые башни. ертикальные щели над входом говорят о том, что раньше тут подъемный мост.


еконструкция этой части реплений редставлена ​​на рисунке. (Здесь и далее рисунки, изображающие фрагменты укреплений, взяты из замечательно книги "La forteresse de Rhodes 1309-1522" Konstantin)

т Ворот д'Амбуаз и до бастиона Святого Георгия находилась боевая позиция ланга Германии.

алее видно бастион того Георгия и его башню. то были одни из центральных ворот крепости, поскольку они вели из агородной естности прямо на рынок. аменный мост вел снаружи внутрь бастиона. сокая рямоугольная башня возвышалась еред воротами и крепостной стеной. В 1496 году д'Обюссон замуровывает ворота и превращает их обычный бастион. ой окончательный вид этот бастион приобрел в 1521 году. н был модернизирован о проекту е оминавшегося инженера Базило делла Скуола.


т бастиона начиналась оевая позиция ланга Оверни, доходившая до башни ланга Испании. начально башня а отрезана от репостной стен и была на 3 е последней. Позже Â 1489 году основание ее опоясывает толстая стена (rempart) с амбразурами, расположенными практически на уровне земли, для поражения нападающих, прорвавшихся через ров к стенам крепости. а южной стороне снаружи помещен ерб д'Обюссона c датой 1489


ематично фрагмент этих реплений ит так (слева бастион Святого Георгия, справа - башня Испании).

едующие далее репления одни из самых мощных и сложных. С 1465 ода это боевая позиция ланга Англии. тена его толстая и усилена бруствером и амбразурами. низу у рва находится вторая стена с двумя рямоугольными башенками. За рвом располагается дополнительная линия укреплений (теналь), которая защищает основную стену от прямого артиллерийского огня. Теналь укреплена только с внешней стороны и открыта изнутри, из-за чего она не может быть использована нападающими при ее захвате.


Ворота Святого Афанасия защищала с запада круглая и высокая Башня Богородицы, которую построил отдельно от стены Ж. де Ластик в 1441-1442 годах. Магистр Орсини соединил башню с крепостной сетной, а в конце XV-начале XVI века башню опоясал бастион. На фото башня со стороны рва.

Именно через эти ворота в город вошел турецкий султан Сулейман Великолепный, после сдачи крепости рыцарями.


Ворота - как самая уязвиямая часть крепости, защищались группой оборонительных элементов. Дорога в крепость через Ворота Святого Афанасия проходит через внешние укрепления, защищающие башню (это вход хорошо видно на фото), проходит через подъемный мост (сейчас конечно уже не подъемный) и далее идет вдоль главных стен до башни Святого Афанасия. Вся эта система представлена на рисунке ниже.

Дальше по прежнему идут толстые стены с эскарпом. На всем протяжении до Ворот Святого Иоанна стены усилены четырьмя прямоугольными башнями, ниже проходит второй ряд стен. Посреди рва располагается протяженная теналь.

Ворота Святого Иоанна (Красный Ворота) являются сложной и мощной фортификацией. Первые ворота проложены в толще стены, к ним ведет арочный мост.

К югу от первых ворот располагаются вторые ворота, которые ведут в город. Их обороняет прямоугольная башня (на фото виден ее фрагмент). Башню окружает бастион.

Отсюда начиналась боевая позиция ланга Прованса. Этот участок стены "виляет", образуя изгибы, позволяющие вести фланговый обстрел.

Так же на этом участке располагается три башни. Первая на фото не попала. Вторая - круглая, окруженная многоугольной стеной в основании.

Третья - квадратная, с такими же стенами вокруг и амбразурами.

Вся система фортификации боевой позиции Прованса хорошо просматривается на рисунке-реконструкции.


Круглая башня ланга Италии или Ф. дель Карретто первоначально была одними из городских ворот. Затем их замуровали и превратили в мощную башню. Она состоит из внутренней более ранней башни, вокруг основания которой проходит внешняя толстая стена. На вершине стены расположены отверстия для оружия. Внутри стен основания проходит коридор с амбразурами для поражения неприятеля внутри рва. Обращают на себя амбразуры на вершине башни и в стене, окружающей ее, выполненные в виде пушечных бойниц.

Дальше начинается фортификация торгового порта, крепостная стена повторяет изгибающиеся очертания бухты.

Ворота Святой Екатерины ведут из Еврейского квартала старого города к мельничному молу. Они устроены наискось к крепостной стене. Раньше ворота закрывались поднимающейся вверх дверью, а над ними находилась "поливалка".

Где-то посередине крепостной стены, вдоль порта находятся одним из самых красивых ворот - Морские ворота. Ворота усилены двумя башнями со стельчатым парапетом и навесными бойницами.

Над воротами сохранился рельеф с изображением Богородицы с Младенцем. Слева от нее изображен Иоанн Предтечи, справа - апостол Петр. Внизу находятся гебры Ордена, королевского дома Франции и Магистра д'Обюссона.

Дальше по набережной находятся ворота , которые в путеводителях значатся как Ворота Арнальда.


Вход в порт защищают с двух сторон мол и башня. С восточной стороны это Мельничный мол. В средние века от одного его конца до другого стояли ветряные мельницы, раньше их было до 15 штук, сейчас осталось только 2.

Где-то в 1440-1454 годах на краю мола была построена цилиндрическая Мельничная башня. Двери на нижнем этаже не было: вход находился на верхнем этаже. В нескольких метрах южнее от башни возвышалась друга башенка: находившаяся внутри нее спиральная лестница вела прямо на верхний этаж большой башни через подъемный деревянный мост. Из отверстия на западной стороне тянулась цепь, доходившая до стоявшей напротив башни Найяка. Сейчас на этом моле расположен коммерческий порт Родоса, где отправляются катамараны в Турцию, поэтому пройти туда у меня не получилось. Увидеть башню можно с моря или с набережной.

Так Мельничная башня выглядела во временя рыцарей.

На краю западного мола возвышалась прямоугольная башня Найяка, носившая имя построившего ее Великого Магистра. В 1863 году башня обрушилась из-за сильного землетрясения.
Сейчас от нее виднеется только основание.


В основании мола располагается башня и ворота Апостола Павла. Они контролировали движение из торгового порта в порт Мандраки и к молу Святого Николая. Центральную цилиндрическую башню окружает стена со стрельчатым парапетом.


Так выглядят остатки башни Найяка, мол и комплекс ворот Святого Павла сейчас.

А так выглядел во времена рыцарей. (А. Габриэль, Рисунок-реконструкция комплекса Ворот Апостола Павла, мола Найяка и Башни Найяка)

Фортификацию порта дополняет Башня Святого Николая - изолированное укрепление на краю мола.Построенная в ключевом месте обороны, эта башня защищала не только порт, но и всю северную сторону города. Поэтому во время обеих осад башня подвергалась яростным атакам турок. Макет фортификационного сооружения представлен внутри башни.


Остатки башни Найяка и форт Святого Николая в сумерках.

Это последнее укрепление портовой части города. От ворота Апостола Павла стены поворачивают на запад. В этом участке стены в XIX итальянцами построены Вороты Свободы, слева и справа от которых возвыщаются две башни с гербом магистра де Эредиа.

Дальше к западу стоит башня Апостола Петра - цилиндрическая башня, окруженная стеной с амбразурами.

От башни начинается маршрут по крепостному рву, тут стены поворачивают на юг и проходят вдоль Дворца Великиого Магистра.

С северной стороны дворец защищает башня, названная именем Великого Магистра Мауриса де Паньяка (Maurice de Pagnac), пробывшего им всего два года (1317-1319) и который официально так и не был утвержден Папой Римским.

ол крепости, выходящий к воротам д'Амбуаз, защищен бастионом.

а этом основные фортификационные ементы крепости, которые мне удалось увидеть, заканчиваются.

осле захвата Родоса Турками крепость отнюдь не была заброшена. рецкие власти использовали ее о прямому назначению. азрушенные после второй осады фрагменты и восстановлены. онечно, роизводились акие-то изменения и достройки и облик репости изменился, но это то восточное влрепости изменился, но это восточное влрепости изменился, но это восточное влрепости изменился, но это восточное влтоа Большинство строений, созаднных турками, были ликвидированы во времена итальянцев, а многие элементы разрушенные или преобразованные в период турецкого господства были восстановлены заново. собенности итальянской реставрации того времени безусловно тоже внесли свои коррективы в облис крепе. Во время Второй Мировой Войны крепость подвергалась бомбардировкам, многие ее части в очередной раз были разрушены и дальнейшей реставрацией занимались уже греки. е огу сказать ничего плохого, ро старания реставраторов редыдущих поколений, но то, что творет с средыдущих поколений, но то, что творет с среи поколений, но то, что творет с с адеюсь, то крепостные сооружения се е сохранят в себе рыцарский дух, а не превратятся в унылый нов.

сточники.
1) ного информации я взял из амечательной книги, енной на острове и изданной на русском языке, "Родоссссс. орец и город." Илиаса Коллиаса. елающим е нать историю родосского рыцарства и глубже роникнуться средневековым городом настоятельно . Несмотря на некоторые неровности перевода и небольшие неточности, книга очень информативна с одной стороны и достаточно легка для расслабленного чтения на пляже, с другой стороны.
2) ольшую часть рисунков, а так е очень много информации по устройству различных ементов ного информации по устройству различных элементов ортификаци о устройнкству различных элементов фортификаци о стройнктву различных элементов фортификаци ортификаци . ень ее рекомендую тем, то желает е разобраться с ринципами фортификации Родоса и раораться с ринципами фортификации Родоса и и изменениеми.


Cuprins

Bastioanele diferă de turnurile médiévale. Ele sunt mai joase, de obicei înălțimea lor nu depășește pe cea a curtinei. Înălțimea mare a turnurilor Medievale făcea dificilă escaladarea lor, dar au devenit ușor de distrus de către artilerie. Un bastion sont de obicei în față un șanț și un glacis sau i un taluz. Taluzul proteja bastionul de focul direct al artileriei adverse, înălțimea neacoperită mică fiind dificil de lovit. Însă diferența de nivel destul de mare dintre fundul șanțului i parapet îl făcea greu de escaladat.

En revanche cu turnurile médiévalee, bastioanele aveau fețe drepte, nu curbe. Asta elimina unghiurile moarte din fața bastionului, de unde atacatorii ar fi putut executa foc direct asupra bastionului.

Bastioanele aveau o suprafață mai mare decât turnurile, ceea ce oferea spațiul necesar pentru amplasarea și manevrarea a mai multe tunuri.

Spre deosebire de turnuri, care erau realizate din piatră, bastioanele erau realizate din pământ, pentru a absorbi impactul ghiulelelor. Exemple existant de bastioane sunt placate cu zidărie din cărămidă pentru a stabiliza pământul, dar nu în zona parapetelor, pentru ca bucățile de cărămidă desprinse să nu rănească apărătorii.

Dacă un bastion era cucerit, el oferea o poziție bună pentru atacatori, de unde puteau lansa noi atacuri. Unele tipuri de bastioane încercau să minimiser aceste probleme. [4] Asta se obținea printr-o reculer traversată de un șanț, putând fi astfel izolat de fortificația principală. [5]


Voir la vidéo: Monolithos Castle, Rhodes (Août 2022).