Des articles

Le HMS Nabob rentre chez lui en boite

Le HMS Nabob rentre chez lui en boite



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le HMS Nabob rentre chez lui en boite

HMS Nabab a été gravement endommagé par l'U-354 lors de l'opération Goodwood I à IV, une série d'attaques sur le Tirpitz. Malgré les dégâts, elle a pu revenir à la base en boitant, bien qu'il ait été décidé plus tard que cela ne valait pas la peine de la réparer.


Marine royale canadienne : Navires endommagés, NCSM Saguenay & HMS Nabob.

L'information suivante provient d'un historique détaillé du NCSM Saguenay sur le site Web Pour l'amour de la postérité. " Le 15 novembre 1942, le NCSM Saguenay escortait le convoi WS13. À une distance d'environ 12 milles au sud de St. John's et à 50 milles au sud-est du cap Spare, le NCSM Saguenay a été touché à l'arrière par le cargo SS Azra. Charges sous-marines du NCSM Le Saguenay a été délogé par-dessus bord et a explosé sous les deux navires. Le Saguenay a vu sa poupe arrachée et l'Azra sa proue. Les dommages causés à l'Azra ont suffi à le faire couler sur le site. Le Saguenay est resté à flot et a embarqué les membres d'équipage de l'Azra. Le une collision s'est produite en vue du cap Spear près de l'entrée du port de St. John's et le centre de commandement naval du NCSM Avalon a dépêché un remorqueur de la MRC... pour remorquer le Saguenay endommagé jusqu'à la cale sèche du port de St. John's. quai, la poupe a été scellée pour permettre au navire d'être remorqué vers les chantiers navals de Saint John, NB. Après d'autres réparations à Saint John, NB, il a ensuite été emmené à Cornwallis en octobre 1943, pour servir de navire-école.

Les photos ci-dessous ont probablement été prises à Saint John, au Nouveau-Brunswick.

Dommages au pont du NCSM Saguenay. Le lettrage sur la peinture à gauche dit "Ex Orillia".

Non identifié debout sur le NCSM Saguenay.

Pont cisaillé du NCSM Saguenay.

Pont cisaillé du NCSM Saguenay.

Pont cisaillé du NCSM Saguenay.

Pont cisaillé du NCSM Saguenay.

Au dos de la photo est écrit à la main : « H.M.C.S. Nabob torpillé et gravement endommagé par des sous-marins à 115 miles des Sioux à 22h30. Des Sioux débarqués pour secourir les survivants ». Note de la rédaction : le porte-avions HMS Nabob a été prêté à la MRC mais n'a jamais reçu officiellement la désignation « NCSM ». Il avait un équipage mixte britannique (aviateurs) et canadien (marins). Il a été torpillé par un sous-marin le 22 août 1944, avec la perte de 11 RCN et 10 RN, mais a pu lentement boitiller 1 600 km pour rentrer chez lui en toute sécurité. Voir The Legion Magazine pour une histoire plus complète.

Pouvez-vous fournir des noms, des commentaires ou des corrections ?
Veuillez envoyer un courriel à Charlie Dobie.


HMS Nabob (D 77)

Ceci est une liste de personnes associées à ce navire.
Nous avons également une page détaillée sur le transporteur d'escorte britannique HMS Nabob (D 77).

À bord du HMS Nabob (D 77) lorsqu'il est touché le 22 août 1944

Vous pouvez cliquer sur l'un des noms pour d'éventuelles informations supplémentaires

NomÂgeRangServi sur
Plage, John Alan, FAA22Monteur d'air principal (O)HMS Nabob (D 77) +
Facturation, George Oscar, IA19L'écrivain du capitaineHMS Nabob (D 77)
Branter, Frédéric, MRC22Matelot de 1re classe (QR2)HMS Nabob (D 77)
Chizy, Harold, RCNVR25Préposé à l'accostage des maladesHMS Nabob (D 77) +
Clark, Frederick Henry, MRC30Premier maîtreHMS Nabob (D 77)
Connolly, Charles William, RCNVR42Chef cuisinier (S)HMS Nabob (D 77) +
Crawford, Andrew, IA36Adjointe principale à l'approvisionnementHMS Nabob (D 77) +
Currie, George Howard, RCNVR32Assistante d'approvisionnementHMS Nabob (D 77) +
Fleurs, George Fredrick Arthur, FAA19Pilote d'aviateur (TAG)HMS Nabob (D 77)
Frohock, John, FAA25Mécanicien Aérien (A) 2e ClasseHMS Nabob (D 77) +
Or, John James, RCNVR30Chauffeur de premier planHMS Nabob (D 77)
Goudie, Owen Reynolds, FAA27Chef mécanicien de l'air (O)HMS Nabob (D 77) +
Hardy, John, MRC22LieutenantHMS Nabob (D 77)
Jack, James Maurice, MRC28Officier marinier (HSD)HMS Nabob (D 77)
James, George, MRC Cuisinier d'officierHMS Nabob (D 77)
Jones, John Cameron, RCNR35Intendant principalHMS Nabob (D 77) +
Lay, Horatio Nelson, MRC41Le commandantHMS Nabob (D 77)
Lewis, Joseph, MRC42Matelot de 2e classeHMS Nabob (D 77) +
Lyner, George Roy Walter, FAA24Mécanicien Aérien (E) 1ère ClasseHMS Nabob (D 77) +
MacDonald, Duncan Alexander, RCNVR26Matelot de 2e classeHMS Nabob (D 77) +
Mackenney, Arnold Valentine, RCNVR35Assistante de magasinHMS Nabob (D 77) +
Marshfield, Walter, IA18Matelot de 2e classeHMS Nabob (D 77)
Melrose, David, RCNR30Matelot de 2e classeHMS Nabob (D 77) +
Rattley, Philip Alan, IA27Artificier électrique 4e classeHMS Nabob (D 77) +
Rothwell, Peter Thomas, FAA27Artificier aérien 4e classeHMS Nabob (D 77) +
Sawyer, Ronald, FAA20Mécanicien de l'Air (E) 2e classeHMS Nabob (D 77)
Shepperd, Edward George, MRC Membre d'équipageHMS Nabob (D 77)
Staines, Frédéric Charles, RCNVR29Assistante d'approvisionnementHMS Nabob (D 77) +
Stanton, Cyril Arthur William, FAA Mécanicien de l'Air (E) 2e classeHMS Nabob (D 77) +
Stephens, Gordon Henry, FAA26Maître mécanicien radio (AW)HMS Nabob (D 77) +
Tait, John Rowan, RCNVR23Artificier électrique 4e classeHMS Nabob (D 77)
Tucci, Albert, RCNVR27Matelot de 2e classeHMS Nabob (D 77) +
Whitehouse, Eric, MRC41Officier maître de réglementationHMS Nabob (D 77) +
Wilkes, Harry, IA IntendantHMS Nabob (D 77) +

Servi sur indique les navires que nous avons répertoriés pour la personne, certains étaient stationnés sur plusieurs navires touchés par des sous-marins.

Des personnes sont absentes de cette liste ? Ou peut-être des informations supplémentaires ?
Si vous souhaitez ajouter un membre d'équipage à la liste, nous aurions besoin de la plupart de ces informations : nom du navire, nationalité, nom, date de naissance, lieu de naissance, service (marine marchande, . ), grade ou emploi à bord. Nous avons également de la place pour une photo si elle est fournie. Vous pouvez nous envoyer les informations ici.


Contenu

Ces navires étaient tous plus gros et avaient une capacité d'avions supérieure à celle de tous les porte-avions d'escorte construits par les Américains. Ils ont également tous été définis comme transporteurs d'escorte et non comme navires marchands convertis. Ώ] Tous les navires avaient un effectif de 646 hommes et une longueur hors tout de 492  pieds 3  pouces (150,0 m), une largeur de 69 pieds 6 inches (21,2 m) et un tirant d'eau de 25 ft 6 in (7.8 m). La propulsion était équipée d'une turbine à vapeur, de deux chaudières reliées à un arbre donnant 9 350 chevaux au frein (SHP), qui pouvaient propulser le navire à 16,5 nœuds (30,6 km/h 19,0 mph). ΐ]

Les installations de l'avion étaient une petite passerelle combinée de contrôle de vol sur le côté tribord, deux ascenseurs d'avion de 43 pieds (13,1 à 160 m) sur 34 pieds (10,4 à 160 m), une catapulte d'avion et neuf câbles d'arrêt. Ώ] Les avions pouvaient être logés dans le hangar de 260 pieds (79,2 m) sur 62 pieds (18,9 m) sous le pont d'envol. L'armement comprend : deux canons à double usage de 4" 160 pouces dans des montures simples, seize canons anti-aériens Bofors de 40" 160 mm dans des montures doubles et vingt canons anti-aériens Oerlikon de 20" 160 mm dans des montures simples. Ils avaient une capacité maximale de vingt-quatre avions qui pouvaient être un mélange d'avions de chasse Grumman Martlet, Vought F4U Corsair ou Hawker Sea Hurricane et d'avions anti-sous-marins Fairey Swordfish ou Grumman Avenger. Ώ]


"Il y avait des corps qui volaient directement dans les airs": un vétérinaire de Coquitlam se souvient d'une attaque à la torpille

La première torpille a percuté la coque du porte-avions juste avant le dîner.

L'explosion a ouvert un trou béant de 32 pieds de large dans la coque du navire sous la ligne de flottaison, déclenchant l'alarme d'action.

Sous le pont, l'explosion a ravagé la cuisine et la salle des spiritueux, où l'équipage s'était aligné pour recevoir ses rations de rhum. A proximité, des hommes ont été jetés de leurs hamacs et couchettes.

Selon une dépêche de la Marine royale canadienne, un chauffeur transportait de l'huile à l'avant du navire lorsque la torpille a éteint les lumières.

Un autre maître de Toronto se trouvait dans une salle d'essai d'armes à feu près du mess lorsque l'explosion a explosé dans la pièce, la laissant dans l'obscurité. L'eau se précipita sur ses jambes et l'emmena jusqu'au pont suivant.

« Il a plongé sous l'eau, a nagé à travers la porte et a réussi à s'échapper par la trappe par laquelle il avait initialement tenté de s'échapper », a écrit le lieutenant. Le commandant Walter Gilhooly dans une déclaration du quartier général de la marine près d'un an plus tard.

L'équipage du H.M.S. Nabob borde le pont à la suite d'une attaque à la torpille dans les eaux arctiques au large de la Norvège, le 22 août 1944. - Les honneurs de la bataille ont remporté le HMS Nabob, 1944 - Shawn Cafferky

Le premier ordre est venu du capitaine canadien Horatio Nelson Lay : « Préparez-vous à abandonner le navire.

Cela faisait sept minutes que la première torpille avait frappé, et les radeaux étaient descendus jusqu'à la ligne de flottaison.

Edward Hart de Coquitlam était sur le pont d'envol lorsque, « dans un moment horrible », il leva les yeux et vit une deuxième torpille destinée à achever le Nabob exploser contre la coque d'un destroyer à proximité, tuant 40 personnes.

« Il y avait des corps qui volaient droit dans les airs », se souvient Hart.

LES CHASSEURS DEVIENNENT CHASSÉS

Né en Saskatchewan, Hart a déménagé dans l'ouest à un jeune âge, s'installant avec sa famille à Mission, en Colombie-Britannique. Mais alors que la guerre faisait rage, le jeune homme – trop jeune pour se joindre aux services – a menti sur son âge et s'est enrôlé dans la Marine royale canadienne.

Hart a été affecté à ce qui allait entrer dans l'histoire comme le premier porte-avions canadien du pays, le H.M.S. Nabob, acheté de l'US Navy et adapté aux normes de la Royal Navy à la cale sèche Burrard à Vancouver.

Edward Hart de Coquitlam sur la rue Granville à Vancouver après s'être enrôlé dans la Marine royale canadienne. - Soumis

Lancé le 9 mars 1943, le Hart a quitté English Bay avec un effectif de ce qui allait plus tard s'élever à 840 membres d'équipage et officiers. En route pour l'Europe, le navire s'est arrêté à San Francisco pour récupérer un escadron de bombardiers-torpilleurs Grumman Avenger et a traversé le canal de Panama avant de récupérer une autre charge de pont d'avions de chasse P-51 Mustang à New York.

Bientôt, le Nabob a été rattaché à un groupe de porte-avions allié, faisant partie de la Home Fleet britannique et en mission pour extirper la marine allemande de la Norvège occupée.

Le 22 août 1944, la flotte s'est approchée de Kaafjord, à 500 kilomètres au nord du cercle polaire arctique. Sa cible, le Tirpitz, un énorme cuirassé de classe Bismarck de 800 pieds ancré à la tête du fjord.

Dans l'après-midi, l'attaque contre le cuirassé allemand était en cours. Au-dessus de la tête, les chasseurs Grumann Wildcat effectuaient des patrouilles aériennes de combat alors que les bombardiers Avenger du navire rejoignaient la force principale, larguant des mines pour tenter de couler le cuirassé. Juste après 17 heures, le Nabob ravitaillait trois navires à proximité.

L'équipage ne savait pas que le sous-marin allemand U-354 s'était glissé à tribord.

L'équipage aérien britannique charge des bombes à bord de l'un des H.M.S. Les navires jumeaux de Nabob, le Formidable (en haut à gauche) le cuirassé allemand Tipitz, cible de l'attaque alliée (en haut à droite) le H.M.S. Nabob à l'embouchure du fleuve Fraser lors d'un entraînement dans le détroit de Georgia, en Colombie-Britannique. (en bas) - Les honneurs de bataille de l'Imperial War Museum ont remporté le HMS Nabob, 1944 - Shawn Cafferky

UNE ÉCHAPPÉE ÉTROITE

Le carnage de la première torpille aurait pu être bien pire.

"C'est ironique, 15 minutes plus tard, il y aurait eu plus de 400 gars là où nous avons été touchés dans le mess", a déclaré Len Love, membre de l'équipage de Nabob, à The Province en 1994, à l'occasion du 50e anniversaire de l'attaque.

Les opérateurs de sonar ont suivi l'approche d'une troisième torpille. Cette fois, c'est raté.

Sous les ponts, les équipes de contrôle des avaries se sont précipitées pour fermer les écoutilles et les portes afin de bloquer la mer entrante. L'arrière du navire étant maintenant à 16 pieds sous l'eau, les membres d'équipage ont coupé et jeté les canons de cinq pouces dans la mer, ainsi que les bombes et les mines qui ne pouvaient pas être déplacées vers la proue.

À l'intérieur, les blessés ont été transportés hors du lieu de l'explosion sur des civières et dans l'obscurité de la cantine du navire. Des ventilateurs et des ventilateurs se sont mis en marche pour dégager la salle des machines de la fumée.

Un bombardier-torpilleur Avenger atterrit sur le pont du H.M.S. Nabob - Les honneurs de bataille ont remporté le HMS Nabob, 1944 - Shawn Cafferky

L'équipage prenait le dessus et il fut bientôt déterminé que malgré le trou massif dans la coque, il n'y avait pas de danger immédiat que le navire coule.

Hart, ainsi que le reste de l'équipage entièrement canadien, ont sécurisé les bombardiers-torpilleurs et les chasseurs sur le pont d'envol.

Trois destroyers d'escorte de la Royal Navy formaient un écran autour du navire de cotation, et bientôt les destroyers de la classe Canadian Fleet, le H.M.C.S. Algonquin et H.M.S. Vigilant était en route pour aider.

À 3 heures du matin, deux bombardiers Avenger ont été lancés depuis le pont en pente du Nabob chargés de chasser un sous-marin traînant alors que le navire parcourait les 1 100 milles de la Norvège aux eaux écossaises abritées de Scapa Flow dans les îles Orcades.

Le HMS NABOB endommagé regagnant sa maison par ses propres moyens, sa poupe enfoncée dans l'eau. Il a été touché par une torpille lors d'une opération dans les eaux du nord. Malgré son état endommagé, NABOB est rentré chez lui avec un équipage réduit et a atteint sa base après avoir parcouru 1070 milles à une vitesse constante de dix nœuds. - Musée impérial de la guerre

FIN DE LA GUERRE

Au total, 21 membres d'équipage sont morts à bord du Nabob.

Les attaquants allemands ont fait pire. Un jour plus tard, un avion d'un autre navire a coulé le U-354, tuant les 51 membres d'équipage.

Et tandis que le navire à équipage canadien mettait fin à son service naval à la suite de l'attaque à la torpille, le Hart de Coquitlam continuerait à servir à bord de la célèbre frégate NCSM Swansea, qui, pendant la bataille de l'Atlantique, coulerait quatre sous-marins, plus que tout autre navire canadien. .

Après avoir passé 12 mois en mer dans 13 postes, Hart a été démobilisé à l'automne 1945. Il est rentré chez lui, s'est installé à Coquitlam et a servi comme officier dans le service de police de Vancouver jusqu'à sa retraite.

Un trou béant de 32 pieds de large a été soufflé à travers la coque du H.M.S. Nabob par un sous-marin allemand le 22 août 1944. Vingt et un membres d'équipage ont été tués. - Via 'Nabob : Le premier porte-avions habité par des Canadiens par Betty Warrilow

Aujourd'hui âgé de 97 ans, Hart considère cette journée comme un tournant dans sa jeune vie.

"Je savais que je ne serais plus jamais le même après", a-t-il déclaré.

L'homme de Coquitlam a eu du mal à partager ses expériences pendant la guerre. Sa fille, Carol-Ann Hart, a déclaré que cela n'avait commencé que récemment à changer.

« Au fil des ans, il a été plus disposé à en parler. Il est fier de ce qu'il a fait », a déclaré le jeune Hart au Tri-City News. "Mais quand j'étais enfant, il le gardait près de sa poitrine."

Avec la femme d'Edward Hart à l'hôpital ce jour du Souvenir, le déjeuner traditionnel de la famille a été suspendu. - Soumis

Jamais un pour les cérémonies, Hart et sa famille marquent généralement le 11 novembre en épinglant des coquelicots sur leur poitrine et en sortant pour un bon déjeuner – souvent au Boathouse à Port Moody.

Mais cette année, la femme de Hart est à l'hôpital et la tradition familiale est en suspens.

Pourtant, Carol-Ann a trouvé sa propre façon de se souvenir. En tant que juge de la citoyenneté, elle préside les cérémonies d'accueil des nouveaux Canadiens alors qu'ils jurent allégeance au pays et à ses valeurs. Dans un souffle, son discours attire l'attention sur les profondes racines autochtones du pays dans un autre, elle rappelle l'histoire de son père et ce que lui et son équipage ont enduré dans les eaux arctiques au large de la Norvège il y a 76 ans.


HMS Nabob



Construit aux États-Unis à la Seattle-Tacoma Shipbuilding Co. à Tacoma, Washington, le HMS Nabab a en fait commencé sa vie comme l'USS Édisto (CVE-41). Les travaux sur ce porte-avions d'escorte ont commencé le 20 octobre 1942 et il était à l'origine conçu pour être un navire marchand. Mais la coque a été achetée par l'US Navy et le navire a été converti en un Bogue porte-avions d'escorte de classe sera rebaptisé USS Édisto. Le nouveau porte-avions d'escorte a été achevé le 7 septembre 1943. Le 7 septembre, le navire a été transféré à la Royal Navy et placé sous le commandement du commandant L.R. Romer. À ce stade, le navire a été rebaptisé HMS Nabab et a été envoyé avec une petite équipe temporaire à Vancouver, Canada. Une fois là-bas, elle a récupéré son équipage permanent. Sur les 750 hommes à bord du Nabob, 450 venaient du Canada. Le 15 octobre 1943, le navire fut officiellement remis au capitaine Horatio Nelson Lay, OBE, MRC, qui prit le commandement du navire.

Pendant son séjour au Canada, le Nabab a subi une nouvelle conversion pour les fonctions de transporteur de guerre anti-sous-marine. La conversion fut achevée le 13 janvier 1943 et le navire partit pour Esquimalt le 24 janvier pour les derniers exercices de préparation. Cependant, le 25 janvier, le navire s'est échoué dans le détroit de Georgia après avoir heurté un dépôt de limon sur le fond marin. Le navire n'a subi aucun dommage grave, mais il a fallu trois jours avant que le Nabab pourrait être extrait du limon. Le 6 février, le Nabab se rendit à San Francisco où elle récupéra son avion, un escadron de Grumman TBM Avengers. Après une brève période de préparation au large de San Francisco, le Nabab a transité par le canal de Panama et s'est rendu à New York, où il est arrivé le 19 mars. Pendant son séjour à New York, le Nabab reçu un certain nombre de chasseurs P-51 Mustang en tant que cargaison de pont à transporter en Angleterre pour la RAF. Les Nabab a quitté New York le 23 mars et a atteint Liverpool le 6 avril, où elle a déchargé sa cargaison de combattants. Bien que le Nabab a été affecté au Western Approaches Command, il a été envoyé au chantier naval de Clyde pour réparer les défauts qui ont été trouvés dans tout le navire. Les Nabab ne reprit le service actif que le 26 juin 1944.

Après une autre période de préparation au cours de laquelle son TBM Avengers est retourné au navire, le Nabab a participé à l'opération “Offspring” le 10 août 1944. Des avions de la Nabab, ainsi que des avions du transporteur de flotte Infatigable et le transporteur d'escorte Trompette, posé des mines aériennes au large de la Norvège. Il s'agissait de la plus grande opération de pose de mines tentée par des avions de la British Home Fleet, dont le Nabab faisait maintenant partie.

Les Nabab a ensuite participé à l'opération "Goodwood", qui était une attaque contre le cuirassé allemand Tirpitz qui était également ancré en Norvège. Au cours de cette opération, une torpille tirée par l'U-354 le 22 août 1944 a frappé le Nabab. La torpille a frappé le côté tribord du navire, provoquant une entaille de 32 pieds sous la ligne de flottaison et juste à côté de la salle des machines. L'eau s'est infiltrée par le trou et bientôt le transporteur d'escorte s'est installé à 15 pieds par la poupe. L'alimentation électrique a été perdue dans tout le navire et le Nabab assis mort dans l'eau. L'explosion initiale a tué 30 membres d'équipage et 40 autres ont été blessés. Une autre torpille a été tirée sur le Nabab du U-354, mais celui-ci a touché la frégate HMS Bickerton, le naufrage du navire. Les membres d'équipage du Nabab travaillé fébrilement pour sauver leur navire. Les équipes de contrôle des dommages ont finalement pu colmater le trou et arrêter les inondations. Après de nombreux efforts, le courant a été progressivement rétabli et le Nabab a pu commencer à se déplacer à une vitesse très lente de trois nœuds. Il a finalement atteint Scapa Flow le 27 août 1944, où il a subi des réparations d'urgence. Le navire s'est ensuite rendu à Rosyth où il a été mis en cale sèche. Après avoir inspecté le navire, la Royal Navy a décidé que le Nabab était irréparable et qu'elle devait être mise à l'écart pour le reste de la guerre. Le navire a été échoué et désarmé le 30 septembre 1944 et dépouillé de pièces pour d'autres transporteurs d'escorte.

Ce qu'il restait du HMS Nabab a été rendu à l'US Navy le 16 mars 1946. Sa carcasse a été vendue à la casse en mars 1947 mais, dans une tournure étonnante, le navire a ensuite été revendu à des acheteurs allemands (Norddeutscher Lloyd à Brême, Allemagne). Les Nabab avait son pont d'envol enlevé et a ensuite été remorqué d'Angleterre à Brême, en Allemagne. Le navire était équipé de nouvelles turbines à vapeur de construction britannique et a finalement été converti en navire marchand. Même si le navire a été totalement reconstruit, il a gardé son ancien nom Nabab. Le cargo Nabab est resté entre les mains des Allemands pendant 16 ans et a été revendu à de nouveaux propriétaires à Hong Kong en 1967. À ce stade, le navire a été renommé Gloire et a continué à travailler comme navire marchand jusqu'en 1976, date à laquelle il a été envoyé à Taïwan pour être démoli, mettant ainsi fin à une très longue carrière. Les Nabab a montré à quel point un transporteur d'escorte pouvait subir tout en restant à flot. Elle a également prouvé que, même s'ils étaient dépouillés et laissés à l'abandon, certains navires ont encore beaucoup de vie à l'intérieur.

Figure 1 (en haut) : HMS Nabob naviguant au large des côtes de la Colombie-Britannique peu après son achèvement. Photo gracieuseté de Corvus Publishing Group / Marine du Canada. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

Figure 2 (au milieu, en haut) : Le HMS Nabob tel qu'il est apparu peu de temps après avoir été torpillé le 22 août 1944 par le U-354. Bien que la torpille ait percé un trou de 32 pieds sous la ligne de flottaison du navire, elle a finalement pu se rendre à Scapa Flow par ses propres moyens. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

Figure 3 (milieu, bas) : Une autre vue du HMS Nabob après qu'il ait été torpillé par le sous-marin allemand U-354. On peut clairement la voir s'installer par la poupe. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

Figure 4 (En bas) : Le cargo allemand Nabob, ex-HMS Nabob, quittant Brême, Allemagne, un jour brumeux en mars 1965. Photo de Gerhard Mueller-Debus. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Contenu

Les Bogue classe étaient plus grands et avaient une plus grande capacité d'avions que tous les porte-avions d'escorte construits par les Américains précédents. Ils ont également tous été définis comme transporteurs d'escorte et non comme navires marchands convertis. [1] Tous les navires de la classe avaient un effectif de 646 hommes et une longueur hors tout de 492  pieds 3  pouces (150,0 m), une largeur de 69 feet 6 inches (21,2 m) et un tirant d'eau de 25 & 160 pi 6 & 160 po (7,8 & 160 m). [1] La propulsion était assurée par une turbine à vapeur, deux chaudières Foster Wheeler [2] reliées à un arbre donnant 9 350 chevaux-vapeur (6 970 & 160 kW), ce qui pouvait propulser le navire à 16,5 nœuds (30,6 & 160 km/h 19,0 & #160 mph). [3]

Les installations de l'avion étaient une petite passerelle combinée de contrôle de vol sur le côté tribord, deux ascenseurs d'avion de 43 pieds (13,1 à 160 m) sur 34 pieds (10,4 à 160 m), une catapulte d'avion et neuf câbles d'arrêt. [1] L'avion pouvait être logé dans le hangar de 260 pieds (79,2 m) sur 62 pieds (18,9 m) sous le pont d'envol. [1] L'armement comprenait : deux canons à double usage de 4 pouces (102 & 160 mm) dans des montures simples, seize canons anti-aériens Bofors de 40 & 160 mm dans des montures doubles et vingt canons anti-aériens Oerlikon de 20 & 160 mm dans des montures simples. [1] Ils avaient une capacité maximale de vingt-quatre avions qui pourraient être un mélange d'avions de chasse Grumman Martlet, Vought F4U Corsair ou Hawker Sea Hurricane et d'avions anti-sous-marins Fairey Swordfish ou Grumman Avenger. [1]


Données statistiques NABOB

  • Pendentif : D77
  • Type: Porte-avions d'escorte
  • Classe : Classe Bogue
  • Déplacement : 15390 tonnes
  • Longueur : 495,8 pi
  • Largeur : 69,5 pi
  • Tirant d'eau : 25,4 pi
  • Vitesse : 18 nœuds
  • Compliment : 1000 officiers et équipage
  • Bras : 2-5", 16-40mm (8 x II), 20-20mm.
  • Constructeur : Seattle-Tacoma Shipbuilding Corp., Tacoma. Lavage.
  • Pose de la quille : 20-oct-42
  • Date de lancement : 09-mars-43
  • Date de mise en service : 07-sep-43
  • Payé: 30-Sep-44

HMS Nabob

Deux navires de la Royal Navy ont porté le nom de HMS Nabob, pour un Nabob, qui est un terme anglo-indien désignant un homme remarquablement riche qui a fait fortune en Orient, en particulier dans le sous-continent indien.
Le HMS Nabob était le East Indiaman Triton, lancé en 1766, que la Marine a acheté en 1777 pour l'utiliser comme navire de stockage, converti en navire-hôpital en 1780, puis vendu en 1783.
Le HMS Nabob D77 était l'ex-USS Edisto, un porte-avions d'escorte lancé en 1943 et fourni au Royaume-Uni en prêt-bail. Il a été torpillé en 1944, non réparé, et vendu aux Pays-Bas pour démolition en 1947, revendu en 1951 et finalement démoli à Taïwan en 1977.

Le HMS Nabob D77 était un porte-avions d'escorte de classe Ruler qui a servi dans la Royal Navy en 1943 et 1944. Le navire a été construit aux États-Unis
Café Nabob une marque de café au Canada HMS Nabob D77 un Bogue - porte-avions d'escorte de classe Nabob Wisconsin, une communauté non constituée en société Nawab
Le 18 août, ils ont été déployés comme écran pour les porte-avions d'escorte HMS Nabob et HMS Trumpeter pour les attaques aériennes prévues sur le cuirassé allemand Tirpitz
Les porte-avions d'escorte HMS Trumpeter et HMS Nabob ont navigué vers la mer de Barents pour attaquer le cuirassé allemand Tirpitz. Au cours de cette opération, le HMS Nabob a été torpillé
Le HMS Bickerton était une frégate de classe Captain de type Buckley pendant la Seconde Guerre mondiale. Nommé d'après Sir Richard Bickerton, commandant du HMS Terrible à la
L'aéroport public américain HMS Nabob D77 a Bogue - porte-avions d'escorte de classe HMS Trafalgar D77 a Battle - destroyer de classe HMS Whitshed D77 a V et
1943. Il était le seul commandant canadien du porte-avions d'escorte HMS Nabob, un navire de la Royal Navy piloté par des Canadiens du 15 octobre 1943 jusqu'à
USS Edisto CVE - 41 était un transporteur d'escorte de classe Bogue - transféré à la Royal Navy sous le nom de HMS Nabob USS Edisto AGB - 2 était un brise-glace de classe Wind transféré aux États-Unis
XX HMS Trouncer HMS Trumpeter X HMS Arbiter HMS Ameer XX HMS Atheling X HMS Begum X HMS Emperor XX HMS Empress HMS Khedive X HMS Nabob X avec équipage
L'Amirauté l'a acheté pour l'utiliser comme navire d'escorte armée et l'a nommé HMS Nabob. En 1780, la Royal Navy l'a converti en navire-hôpital. elle a été vendue
des avions de la marine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale lorsqu'ils ont piloté les porte-avions d'escorte HMS Nabob et HMS Puncher. En 1975, la MRC a mis fin à son rôle dans l'aéronavale lorsque le

Le HMS Quorn était un destroyer de classe Hunt de la Royal Navy, construit en 1940 et coulé au large des côtes normandes le 3 août 1944. Le Quorn a été construit par J. Samuel White
Le HMS Volage était un destroyer de classe V de la Royal Navy britannique, mis en service le 26 mai 1944, qui a servi dans l'Arctique et l'océan Indien au cours de la World
NCSM Magnificent CVL 21 et NCSM Warrior CVL 20 Exemples inclus : HMS Nabob D77 et HMS Puncher D79 Exemple de porte-avions de la Seconde Guerre mondiale inclus : NCSM Warrior R31
World Aircraft Carrier répertorie Haze Grey en cours. Warrilow, Betty. Nabob le premier porte-avions canadien - habité Owen Sound, Ont. : Escorteurs
pour le croiseur Kent et deux porte-avions, Nabob et Trumpeter dans le sud de l'océan Arctique. Nabob a été torpillé sans prévenir Macintyre venait de
F59 HMS Matabele F26 HMS Mauritius 80 HMS Medway F25 HMS Mohawk F31 HMS Montrose D01 HMS Nabberley HMS Nabbington HMS Nabob D77 HMS Nabthorpe
Opération Goodwood, mais n'inflige que des dégâts légers. U - 354 a coulé le HMS Bickerton et endommagé le HMS Nabob de la flotte britannique avant d'être coulé par des escortes le 24
Cinétique. La force opérationnelle, composée du croiseur HMS Bellona et des destroyers HMS Ashanti, HMS Tartar, NCSM Haida et NCSM Iroquois, a attaqué le
services aux points de livraison. En outre, les porte-avions d'escorte tels que le HMS Vindex et le HMS Nairana ont joué un rôle important dans les balayages anti-sous-marins des chasseurs-tueurs.


Transporteurs d'après-guerre – 1946 à 1970

L'examen actif d'un rôle accru pour le Canada dans la guerre du Pacifique a commencé dès mai 1944, et il a été convenu qu'il faudrait des navires plus gros que ceux qui servaient alors dans la MRC. L'état-major de la Marine canadienne privilégiait le retour des porte-avions d'escorte Nabob et Puncher, alors prêtés par la RN, et la prise en charge des porte-avions légers à leur place. Deux d'entre eux, le WARRIOR et le MAGNIFICENT, ont été offerts en prêt (avec option d'achat) en janvier 1945, et des arrangements ont été conclus en mai, mais aucun des deux navires n'avait été achevé au VJ-Day. Le WARRIOR fut finalement mis en service à Belfast le 24 janvier 1946 et arriva à Halifax le 31 mars avec les Seafires et les Fireflies des 803 et 825 escadrons. Inadapté à un hiver de l'Est canadien, il est transféré à Esquimalt en novembre.

Les réductions des dépenses de défense ont rapidement montré que la MRC ne pourrait se permettre qu'un seul porte-avions, et il a été décidé d'échanger le WARRIOR contre le MAGNIFICENT légèrement plus grand. Le WARRIOR retourna donc sur la côte Est en février 1947, où il fut engagé la majeure partie de l'année dans l'entraînement en mer et, dernièrement, dans les préparatifs de son retour dans la RN. En février 1948, elle arriva à Belfast, où elle transféra des magasins à MAGNIFICENT et, le 23 mars, fut payée. Elle a servi dans la RN jusqu'en 1958, date à laquelle elle a été vendue à l'Argentine et rebaptisée Independencia.

Magnificent, une quasi-sœur de WARRIOR, avait été lancée à Belfast six mois après elle, en novembre 1944. Elle fut commissionnée le 7 avril 1948 et passa les neuf années suivantes dans une série incessante de croisières et d'exercices d'entraînement, visitant des ports aussi éloignés qu'Oslo, La Havane, Lisbonne et San Francisco, et prenant part à des manœuvres à grande échelle de l'OTAN telles que “Mainbrace” et “Mariner” en 1952 et 1953. Le 29 décembre 1956, elle a quitté Halifax pour Port-Saïd, transportant une cargaison de 233 véhicules ainsi que 406 membres du personnel de l'armée et des magasins en tant que contribution du Canada à la Force d'urgence des Nations Unies au Moyen-Orient. “Maggie” a quitté Halifax pour la dernière fois le 10 avril 1957, pour être désarmé à Plymouth le 14 juin. Après y avoir été désarmé pendant huit ans, il est arrivé à Faslane, en Écosse, en juillet. 1965, pour rupture.

Lorsque la crise de Suez éclate, MAGNIFICENT vient d'achever les entrepôts de débarquement de son successeur, un porte-avions plus moderne dont la construction a été suspendue en 1946. Le nom du successeur devait être HMS Powerful, mais la MRC décide de rebaptiser son BONAVENTURE du nom de l'oiseau. sanctuaire dans le golfe du Saint-Laurent. Les travaux sur ce navire s'étaient arrêtés trois mois après son lancement en février 1945, de sorte que lorsque la construction a repris en 1952, des améliorations ont pu y être apportées. Le plus remarquable d'entre eux était le pont d'envol incliné, qui offrait une course d'atterrissage plus longue sans sacrifier l'espace de stationnement à l'avant, et permettait le retrait de la barrière de sécurité impopulaire. A noter également une catapulte à vapeur et un viseur d'atterrissage à miroir, ce dernier allant loin vers l'élimination des erreurs humaines lors de l'atterrissage.

Le “Bonnie” a été mis en service à Belfast le 17 janvier 1957 et est arrivé à Halifax le 26 juin, emportant sur le pont un hydroptère expérimental qui devait servir au développement du NCSM Bras d’Or. Contrairement à ses prédécesseurs, BONAVENTURE avait des chasseurs à réaction Banshee et des avions Tracker A/S comme complément. Comme eux, elle a connu une carrière bien remplie d'entraînement au pilotage et de participation à des exercices A/S et tactiques avec des navires d'autres pays de l'OTAN. Ce qui devait être son carénage à mi-vie, effectué de 1966 à 1967, a duré 16 mois et a coûté plus de 11 millions de dollars. Ce coût s'est avéré trop élevé pour la Marine canadienne, car il a été remboursé en 1970 et vendu à la ferraille.